Transfèrement

22 avril 2009 1 commentaire

Aujourd’hui encore, je m’intéresse à une question de français plus que de traduction. Après tout, il s’agit de mon outil de travail quintessentiel, autant le soigner !

Vous avez surement entendu parler de cette femme, Florence Cassez, une Française condamnée à 60 ans de prison au Mexique pour kidnapping. Au-delà des retombées diplomatiques de l’affaire (qui fait grand bruit), je voudrais m’attarder sur l’usage répété, par les médias comme par les politiques, du terme « transfèrement ». Je me souviens avoir entendu ce terme à l’époque de l’Arche de Zoé, mais rarement en dehors de tels contextes relevant de la politique internationale. Son utilisation intensive me surprend d’autant plus que le « transfert de prisonnier » me semble être particulièrement courant (notamment lorsqu’il s’agit des vols secrets de la CIA).

Alors que nous disent nos ouvrages de référence ?

Transfèrement, subst. masc. a) Le fait de transférer une personne d’un lieu de détention dans un autre. Synon. plus usuel transfert. Festus (…) croyait, par ce renvoi (…) faire une chose agréable aux Juifs, qui lui demandaient avec tant d’instances le transfèrement du prisonnier (Renan, St-Paul, 1869, p. 542).

La définition du CNRTL se passe de commentaires : « synonyme plus usuel : transfert ». On dirait bien que les médias, comme un seul homme, aient décidé de (re)lancer une nouvelle mode lexicale (« définir ‘mode’ : tendance éphémère et inutile, vouée à disparaitre pour mieux réapparaitre selon un cycle prédéfini par un nombre limité de leaders d’opinion »).

Ne soyons pas mauvaise langue, la diversité linguistique de notre belle langue est saine et sauve !

Une réflexion au sujet de « Transfèrement »

  1. Amenel

    Tiens, je le croyais orthographié avec deux « r » celui-là.
    Je me demande si l’usage de ce terme au lieu de « transfert » ne relève pas simplement du fait assez courant que, en présence de synonymes quasi bijectifs, la préférence est donnée à l’un des termes dans un milieu professionnel.

    Exemple quelques mots en arrière: « bijectifs » qui est ici mis pour « équivalents », mais à la base, je suis informaticien avec une forte affinité pour les mathématiques. Autre exemple qui me vient à l’esprit, « ulna » et « cubitus »; je pense que les médecins penchent pour le premier alors que le « grand public » (« la plèbe » comme j’aime à dire) utilise plutôt le second.

    Pour en revenir à « transfèrement », je l’ai toujours entendu dans le contexte du milieu carcéral. Peut-être est-ce la préférence dont je parle plus haut qui explique l’usage du terme en lieu et place de « transfert » ?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *