Il était une fois : Les Twisted Tales Disney

Il était une fois, par une belle journée d’été…

Non, recommençons. Nous sommes en novembre 2018. C’est un jour d’automne habituel à Paris. La grisaille pèse sur les épaules de tous les habitants, l’humidité imprègne les tissus autant que le moral. Les écoliers cheminent lentement dans la pénombre d’un matin sans soleil ni entrain.

Les paupières lourdes malgré l’éclat aveuglant d’une lampe comme substitut de soleil, un café tiédasse devant moi, je suis tiré de ma torpeur matinale par cette enveloppe – tantôt espérée, tantôt redoutée – qui surgit sans prévenir dans le coin en bas à gauche de mon écran.

En ouvrant le message, je découvre avec joie une nouvelle proposition de traduction. L’expéditeur est l’éditrice de Hachette Heroes, le jeune label pop-culture du groupe d’édition mastodontesque éponyme. L’objet : le lancement de deux nouvelles collections de romans Disney, les « Twisted Tales » et les « Disney Villains ».

Voilà comment tout a commencé. Depuis la sortie des premiers tomes en mai 2019, la série connaît un succès croissant et une popularité qui ne se dément pas. Cela dit, j’ai constaté sur les réseaux qu’il restait encore certaines zones d’ombre sur ce que sont (ou ne sont pas) ces romans. J’ai donc pensé qu’il pourrait être utile de faire un petit point ici.

Les « Twisted Tales », c’est quoi ?

Ce sont des romans uchroniques inspirés des dessins animés Disney que nous connaissons tous. Le concept est simple : un événement du film est modifié, ce qui bouleverse toute l’histoire. C’est le fameux format « What if? », popularisé par Marvel (racheté par… Disney en 2009) dans les années 1970.

En anglais, la collection des Twisted Tales compte à ce jour neuf romans écrits par trois autrices : Aladdin, La Belle et la Bête, la Petite Sirène, La Belle au bois dormant, Peter Pan (écrits par Liz Braswell) ; La Reine des Neiges, Blanche-Neige (Jen Calonita) ; Mulan, Cendrillon (Elizabeth Lim).

En français, sont parus Histoire Éternelle (La Belle et la Bête), Ce Rêve Bleu (Aladdin), Profondeurs de l’océan (La Petite Sirène), Renouveau (La Reine des Neiges) et Réflexion (Mulan) en 2019, puis Un Jour ma princesse viendra (Blanche-Neige), Il Était un rêve (La Belle au bois dormant) et Tout droit jusqu’au matin (Peter Pan) en 2020. Osez ses rêves, sur Cendrillon, sortira fin 2020. D’autres sont prévus pour 2021, notamment Unbirthday, sur Alice au pays des merveilles.

Le « twist », ce fameux point de divergence, est différent pour chacun d’eux. Ainsi, on se demandera ce qu’il se serait passé si Jafar avait récupéré la lampe magique à la place d’Aladdin ou si Ursula avait triomphé d’Ariel.

Le public visé est principalement le « jeune adulte », et même le « upper young adult » selon les mots de mon éditrice. Concrètement, ils sont accessibles dès 14-15 ans (certains passages peuvent être un peu durs) et sans limite d’âge. Les lecteurs plus âgés, de 19 à 99 ans (et je m’inclus dedans) y trouveront leur compte en découvrant une autre version des histoires qui les ont fait voyager dans leur jeunesse.

Mais les Twisted Tales, ce n’est pas : l’histoire du point de vue des méchants (pour ça, tournez-vous plutôt vers la collection des Villains de Serena Valentino, traduite par Alice Gallori). Vous ne trouverez donc pas « l’histoire d’Ursula » ou « l’histoire de Jafar », même s’ils trônent sur les couvertures (magnifiques, soit dit en passant). Ce ne sont pas non plus des histoires inscrites au canon des dessins animés : si ce sont bien des romans officiellement estampillés Disney, la seule histoire « officielle » reste celle des films. Enfin, ce ne sont pas des romans pour enfants (voir paragraphe précédent !).

La traduction des Twisted Tales

Hachette Heroes nous a donné la chance, à Alice et moi-même, de parler de notre travail de traduction et d’adaptation de ces livres lors de la soirée de lancement des collections, en mai 2019, puis plus longuement lors de la ComicCon Paris 2019, à l’occasion d’une conférence suivie d’une après-midi de rencontre avec les lecteurs.

Ces deux occasions exceptionnelles nous ont permis de parler plus en détail des nombreux choix auxquels sont constamment confrontés les traducteurs. Parce que la traduction, ce n’est pas seulement faire passer un texte d’une langue à une autre, c’est un véritable travail d’auteur. Nous avons par exemple abordé ces questions :

  • Tu ou vous : ou comment traduire le « you » anglais. Autrement dit, qui vouvoie qui et quand passe-t-on au tutoiement. Le cas était particulièrement problématique dans Mulan.
  • Masculin ou féminin : doit-on considérer « La Bête » comme un nom propre désignant le prince et donc l’accorder au masculin ou bien faire l’accord grammaticalement correct ? De même, quand Mulan se fait passer pour le soldat Ping, doit-elle dire « je suis désolé » ou bien « je suis désolée » ?
  • Les sources : comment aborder la double source du livre et du dessin animé ? Lequel doit avoir la priorité ? (spoiler : ça dépend).
  • La créativité : notamment pour les noms de personnages ou de lieux inventés par les auteurs.
  • Les rimes : où la forme importe autant que le fond. Quelle est la marge de manœuvre pour reformuler ?

Ces présentations ont été pour moi l’occasion de mettre des mots sur mon travail. En effet, je m’attache particulièrement à ce que j’appelle « l’expérience de lecture ». Lorsqu’un lecteur anglophone lit ces livres, il va éprouver des émotions, il va avoir des réflexions, des idées. Il va vivre une véritable expérience de lecture. Mon objectif, en tant que traducteur, est de reproduire cette expérience chez le lecteur francophone. Cela passe par exemple par l’adaptation de certains noms propres ou des références aux chansons des dessins animés (dont la traduction ne suit pas forcément le sens de l’anglais pour des questions de rythme).

Une petite note sur les « erreurs » : malgré tous nos efforts, il peut arriver qu’une coquille nous échappe, à moi ou aux réviseurs et éditeurs, que des noms soient interchangés, qu’une majuscule soit oubliée. Si c’est le cas, n’hésitez pas à nous les signaler, ce sera alors corrigé dans les réimpressions suivantes. Nous ne sommes que des humains, et l’erreur n’est-elle pas humaine ?

Récapitulons

Voici une petite liste des Twisted Tales déjà parus et à venir en français (les dates sont prévisionnelles et peuvent changer). Les liens vers Amazon sont affiliés, mais préférez quand même votre libraire de quartier :

Déjà disponibles :

Sorties prévues :

  • Octobre 2020 : Oser ses rêves (Cendrillon, titre provisoire), d’Elizabeth Lim
  • 2021 : Unbirthday (Alice au pays des merveilles), de Liz Braswell
  • 2021 : titre non annoncé
  • 2021 : titre non annoncé 2

La prochaine fois, je vous parlerai du cas particulier de la Belle au bois dormant…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *