Le silence est d’or

19 octobre 2010 4 commentaires

Le silence est d’or, dit-on ? Mon blog doit donc être d’une richesse exceptionnelle, mais comme je suis partageur, je reprends la parole!

Aujourd’hui, je vous propose de faire un petit détour par le monde de la mode. Loin d’être un fashionista (on sait très bien que les traducteurs deviennent free-lance uniquement pour passer la journée en pyjama), je suis de plus en plus étonné par les « traductions » des slogans et publicités de mode. À vrai dire, je n’y prêtais pas vraiment attention avant de lire le message des Piles Intermédiaires au sujet de la pub Gap. J’ai essayé de faire plus attention lors de mes rares excursions dans le monde extérieur et – horreur – les murs de la ville fourmillent de pubs anglaises (mal) sous-titrées ! À commencer par la nouvelle Levi’s (« livaïsse », pour faire bien) : « It’s about shape, not size ». La petite étoile nous donne une traduction approximative du type « nouvelle coupe adaptée à toutes les silhouettes » (dès que je retrouve la pub, je vous mets une photo avec la traduction précise). Une adaptation « marketing » qui, à mon sens, perd justement tout son sens : ben, oui, vous avez un joli slogan avec une référence clairement sexuelle et qui, en plus, peut se traduire presque littéralement ! Pour une fois, il n’y avait pas à chercher loin : « Ce n’est pas la taille qui compte, c’est la forme ». Et zou, emballez, c’est pesé. [Je mettrais une image si j’arrive à en faire une photo]

Autre exemple d’adaptation marketing, la nouvelle campagne télévisée pour le parfum Beauty de Calvin Klein, avec la belle Diane Kruger.

Décryptons.

  • It’s what you don’t see: Au-dela des apparences
  • Confidence: Une présence
  • Understated: Subtile
  • Pure: Pure
  • Wise: Sereine
  • Something to be cherished: Précieuse. Emouvante
  • It makes me laugh. Sometimes it makes me cry: J’en souris, parfois j’en pleure.
  • It touches everything: Le pouvoir d’émouvoir.
  • Beauty: Beauty

Sur la forme, tout d’abord: il manque un accent à « au-delà », pour le premier sous-titre. Je chipote peut-être, mais c’est quand même une faute. Sans parler de la redite entre « émouvante » et « le pouvoir d’émouvoir ».

Sur le fond, certains traducteurs trouveront les sous-titres de cette pub géniaux (« Ils ne sont pas collés à l’anglais, ils ont totalement interprété le sens, etc.« ), et bien pas moi. L’interprétation est un peu trop libre à mon goût, surtout lorsque l’on remplace « Une chose que l’on doit chérir » (mot-à-mot) par « Précieuse, émouvante ». J’imagine bien les commerciaux de CK : « Ah ouais tiens, ‘le pouvoir d’émouvoir’, ça rime, c’est classe. Rien à faire, que ça colle pas avec le reste, c’est classe. »

Peut-on dire que « serein » est la même chose que « sage » ? Que « confidence » implique une « présence » ? Que « pure » est la même chose que… ah oui, là ça marche. Bref, on n’est jamais très loin du sens. Mais on n’est jamais dessus non plus.

Et puis le sujet de cette pub, c’est bien la beauté, n’est-ce pas ? Mais à la fin, tout tombe à plat, puisque la traduction du « Biouti » de Diane est… « Beauty ». Alors, certes, c’est transparent. Certes, c’est le nom du parfum dans les étalages de Séphora. Mais on perd franchement de vue que tout ce qui a été dit avant définissait la beauté. C’est ce que j’aurais mis en sous-titre, d’ailleurs.

S’il y a des traducteurs spécialisés en marketing dans la salle, je suis curieux d’entendre leur avis. Êtes-vous souvent surpris ou choqué par les traductions de pub ? Que pensez-vous de celles-ci ?

4 réflexions au sujet de « Le silence est d’or »

  1. Sophie P

    Mmmmm, votre traduction de « It’s about shape, not size » me laisse sceptique. Sans vouloir avoir l’esprit très mal placé, « ce n’est pas la taille qui compte » m’évoque un tout autre sujet ! Dans ce cas précis, j’imagine que la traduction littérale a été abandonnée pour éviter toute ambigüité. J’ai moi-même été confronté au problème dans la traduction d’une brochure commerciale (avec la traduction littérale d’un titre qui tombait un peu dans le mauvais goût en français) et c’est vrai que l’on est parfois obligé de s’éloigner du texte.
    Quant à la pub « Beauty », je l’ai vue hier et je me suis fait exactement la même réflexion que vous. Je me suis même dit qu’il aurait encore mieux valu ne pas sous-titrer mais doubler carrément !

    Répondre
    1. Laurent Auteur de l’article

      Bonjour Sophie et merci pour votre commentaire,
      Il me semble justement que le sous-entendu de la « taille » est tout ce qu’il y a de volontaire en anglais. Et je ne crois pas que nous soyons plus prudes que les américains (au contraire, ils sont souvent choqués en voyant autant de chair étalée sur les murs du métro parisien). Alors pourquoi justement renoncer à cette référence? Certes, dans votre exemple de brochure commerciale, la question est toute autre, mais pour un vêtement qui mets justement les formes corporelles en avant, cela me semble pertinent!

      Répondre
  2. wondercozza

    Cela me fait penser à une réplique d’Amanda Lear : ce n’est pas la taille qui compte, c’est le goût 🙂
    A part cette introduction mal tournée, il y a une méthode pour reconnâitre une traduction (ou « transcréation », comme on dit chez les vendeurs de rêve) faite par un linguiste et celle faite par un publicitaire pure souche. Une des deux est ridicule.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *