Accords et désaccords

21 janvier 2009 1 commentaire

Fin novembre, la ville la plus peuplée de l’Inde a connu son « 9/11 » à son tour, une série d’attaques terroristes causant plus de 150 victimes à travers la ville. Il s’agit bien entendu de la ville de Bombay.

Ou bien serait-ce Mumbai ? Lors de ces évènements, les médias français ont donné l’impression de ne plus savoir où donner de la tête. Le sujet à été largement repris par la blocnotosphère, comme par exemple dans cet article écrit par les correcteurs du Monde. Quant à Wikipédia, on peut y lire :

Le nom Mumbai provient de la contraction de Mumba ou Maha-Amba, nom de la déesse hindoue Mumbadevi qu’auraient jadis vénérée les habitants des lieux et de Aai, « mère » en Marathi, la langue régionale dominante. Lorsque les Portugais s’approprièrent les îles de Bahâdûr Shâh en 1534, le premier gouverneur aurait utilisé le terme de Bom Bahia (« la bonne baie ») pour décrire la péninsule et la sécurité qu’apporte le port. Ce nom a évolué en Bombaim qui est utilisé aujourd’hui en portugais moderne.

D’autres sources, notamment le lexicographe portugais Jose Pedro Machado, rejettent l’hypothèse de Bom Bahia au profit d’une corruption progressive du nom marathi de Maiambu (comparable à l’actuel Mumbai) en Mombaim, puis Bombaim, au cours du XVIe siècle, l’étymologie couramment admise n’étant qu’une reconstruction postérieure. Lors de la colonisation par les Britanniques, ce nom a été anglicisé en Bombay […]

En 1995, […] les autorités locales décident de renommer Bombay en Mumbai afin de démarquer la ville de son passé colonial.

Quant à l’usage français, si aucune préconisation officielle n’existe, il semble que les vieilles habitudes aient la vie dure pour que les plus grands médias français (Libé, le Monde, le Figaro, l’Express…) s’obstinent à parler de Bombay.

Le problème se pose pour bien d’autres villes encore, en Inde toujours, avec Chennai (ex-Madras), mais aussi dans d’autres pays. Ce débat est notamment traité par le journaliste Europe de Libé, Jean Quatremer, sur son blog Les Coulisses de Bruxelles (excellent blog que je recommande fortement). UE oblige, « J4M » s’attaque à l’ex-Tchécoslovaquie, devenue Slovaquie et République tchèque le 31 décembre 1992. Et pourquoi pas République slovaque et Tchéquie ? De même, doit-on dire « Biélorussie » ou « Belarus » ?

Pour info, Wikipédia propose également cette page (en anglais) sur les comparaisons entre les langues. Riche mais fouillis, on y trouve par exemple les différences entre l’anglais britannique et américain ou entre le slovaque et le tchèque, ainsi que la traduction des noms de villes du monde dans une foultitude* de langues.

*Oui, « foultitude » existe, c’est confirmé par nos amis Bob et Larousse !

Une réflexion au sujet de « Accords et désaccords »

  1. Thierry

    pour l'ex-Tchécoslovaquie, je sais par un ami tchèque qu'il ne faut pas confondre Tchéquie et République tchèque, la Tchéquie représentant la région du côté de Prague(qu'on appelle communément la Bohème). Par contre pourquoi les Slovaques n'ont pas le droit à une république, ça je l'ignore…

Les commentaires sont fermés.