Edward Hopper à New York

Date : 9/5/2012

En réunissant plus de 50 scènes new-yorkaises saisissantes, Avis Berman explore comment Hopper et son art s’illuminent l’un l’autre, et analyse tout ce qu’est et n’est pas le New York de Hopper. Anticonformiste, Hopper propose un autre regard à ce que de nombreux artistes américains ont représenté : la nouveauté, le gigantesque et l’enthousiasme technologique. Il gardait ses distances avec les grands sites touristiques, et sa préférence pour les bâtiments ordinaires illustre parfaitement le paradoxe de Hopper : le vide prend tout son sens, le silence s’articule, la banalité devenant intense, la simplicité mystérieuse et la frivolité noble.